La recette intemporelle :

– Une autrice : Claire Castillon

– Une maison d’édition : Gallimard Jeunesse

– Un titre qui parle à toutes les générations

– Une couverture efficace

– De l’amitié

– De la famille

– Des questions

– Une morale

Ce qui m’a inspiré cette recette :

Je l’ai vu passer sur la page Facebook de Gallimard Jeunesse et le titre m’a intrigué : « L’âge au fond des verres ». Nous sommes tous passé par là. Je vois encore les enfants le faire à la cantine. Comme quoi les traditions persistent. Puis le nom de l’autrice m’a fait tilt de suite, elle a aussi écrit « River », un ouvrage merveilleux. Vous allez me dire : « Si c’est une merveille pourquoi n’as-tu pas écrit d’article dessus ? » À la fin du livre, j’étais absolument incapable d’écrire quoi que ce soit tellement il m’avait prise aux tripes. Peut-être que j’essayerai de vous en dire quelques mots un de ces jours. Mais pour le moment revenons à notre recette principale.

L’ustensile de cuisine :

Ce livre m’a tout d’abord intrigué par son titre, comme vous le savez si vous avez lu ma bio, ou lu mes articles, je travaille dans une école. Encore aujourd’hui les enfants regardent l’âge qu’ils ont au fond du verre. Puis cette couverture qui n’est finalement pas compliquée, est tellement efficace : une jeune fille tranquillement installée dans ce verre, posée comme dans une bulle. La quatrième de couverture installe le décor, nous allons suivre la vie d’une élève de sixième et de tout ce que cela implique comme changement de l’école primaire au collège. Je me souviens parfaitement de ce passage-là. Il n’est pas simple du tout. Tu passes de « trap-trap bisous » dans la cour, à devoir rester assis sur un banc à parler.

Les participants à la recette :

Guilène est une jeune fille de dix ans et demi qui vient de rentrer au collège. Elle est timide et un peu perdue dans le changement qu’est le collège. Guilène vit avec ses parents qui sont plus âgés que la moyenne des parents de ses amis. Les parents de Guilène sont adorables. Ils peuvent paraitre kitch pour des jeunes qui lisent ce livre mais moi je les trouve top. Cléa est l’amie de notre héroïne. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et elle n’est pas la personne la plus observatrice qui existe. Ensuite, Aron, un jeune garçon gentil qui n’a pas de mauvaises intentions même si personnellement je le trouve un peu lourd. Mais bon, je n’aurai peut-être pas dit ça à leurs âges. Il y a Mme Ivano, la professeur de mathématique qui paraît peu patiente face à ses élèves. Et bien évidemment, il y a d’autres personnages secondaires dont je ne vous ferai pas la liste ici. La recette : C’est une histoire simple mais qui parle à énormément de monde. Une sixième, fille de parents « vieux ». Ils sont pourtant adorables, à l’écoute, compréhensifs. Mais sa classe va se moquer de Guilène à cause d’eux. Puis elle va devoir avancer, entre une prof de math hystérique, des nouveaux amis, le premier garçon. Et les fameuses règles de la rentrée au collège. Comme le fait de ne pas s’asseoir sur le banc mais sur le dossier du banc, c’est tellement plus « cool ». Sa classe va être très unie, ils vont même organiser en dehors de l’école des élections de délégué. Guilène et ses parents vont sauver ces élections pourtant mal parties. Il faut dire qu’au départ cela devait simplement être une soirée fromage à 10 personnes, et ça a fini en soirée fromage avec la classe entière, puis en élection. Vous vous demandez surement « Pourquoi du fromage ? » et je vous laisse découvrir ce petit atout humour. Cléa ne sera pas toujours cool avec son amie, mais Guilène ne réagira pas toujours comme la jeune fille sage qu’elle est. En tout cas à travers les mots de l’autrice nous sentons beaucoup d’amour, de tendresse et de tradition.

Cette petite boîte que Guilène partage avec ses parents m’a rappelé beaucoup de souvenirs. En tout cas, à travers ce livre je me suis revue. Tout d’abord au même âge, mes amis passaient beaucoup de temps chez moi. Mes parents n’étaient peut-être pas à la pointe pour certains, mais ils étaient à mon écoute. Mes ami.e.s adoraient venir à la maison car on avait le droit de regarder tard des films sur l’écran géant dans la pièce cinéma de mon père, et surtout nous pouvions nous servir en sucreries dans le placard à bonbons. Encore aujourd’hui, maintenant, que je suis adulte, mes parents sont adorables et serviables envers mes amis (jusqu’à prêter leur maison pour des anniversaires). Maintenant que je suis maman, je me suis même imaginée dans quelques années. Comment mon fils va nous voir ? Par rapport à ses amis. Aura-t-il honte ou sera-t-il plutôt fier de nous présenter ? Je suis partisante de la deuxième option, mais seul l’avenir nous le dira.

La dernière miette :

Une fin mignonette qui clôture cet ouvrage comme il faut. Avec une belle symbolique familiale.

Le conseil cuisine :

Une bonne lecture pour tous les CM1-CM2 qui vont rentrer au collège ou pour tous les nouveaux collégiens. Les parents peuvent aussi s’amuser à le lire, peut-être qu’ils se verront autrement. Ce récit est autant touchant que drôle, j’ai ri de bon cœur à plusieurs reprises, et ça fait du bien.