Les Enfants D’Astra – Plan 439 T1

Isaure de Villers

Aussitôt fermé, je me précipite déjà sur le deuxième tome de ce palpitant roman de science-fiction. J’ai gagné ce roman lors d’un concours organisé par nos partenaires Bêta Pulisher (à la loyale, je vous le promets !) et je l’ai tout de suite mis dans ma pile à lire, le couvant chaque jour de mes œillades avides. Alors découvrons ensemble Les Enfants d’Astra…

Okay, mais c’est quoi ?

Les Enfants d’Astra, c’est un roman de SF young adult écrit par Isaure de Villiers, découvert sur Wattpad et publié chez Bêta Publisher. C’est l’histoire d’une guerre dévastatrice, ou plutôt de ses conséquences.

En 3125, la planète Astra et sa planète alliée, Sagan, ont été anéanties par l’A.M.Erica. Tous les habitants de Sagan ont péri, mais sur Astra, les choses se sont déroulées autrement : les enfants ont survécu. Tous les enfants.

En 3126, les familles Eriquiennes ont à cœur d’adopter les enfants d’Astra, ces pauvres orphelins de guerre. Parmi eux, Rodolphe, héritier de feu l’empereur d’Astra, et sa sœur Sibylle ; ainsi que leur jeune cousine Cyndie, dernière survivante de Sagan. C’est ainsi que la première étape du plan 439 est lancée. La vengeance est en marche.

Et du coup, c’est bien ?

Comme je vous le disais plus haut, ce livre m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Il est plein de rebondissements passionnants qui vous empêchent de le poser.  On apprend à connaître les trois héritiers d’Astra, mais également les héritiers de l’A.M.Erica. Ces adolescents tentent coûte que coûte de marcher dans les traces de leurs aînés, sans être écrasés sous le poids de leurs erreurs et de leurs choix. Entre colère, secrets et manipulations, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer. Et nous non plus.

Hm, tu peux développer ?

Le contexte de ce roman semble simple, mais l’intrigue est complexe. Promis je ne dévoilerai aucun rebondissement ! Pas de spoilers dans cette chronique, que diable !

Dans Les Enfants d’Astra deux mondes s’affrontent. D’un côté, les survivants d’Astra qui bouillent d’une rage folle, étouffée par un plan secret. Ils ont tout perdu : leur famille, leur maison, leur identité. Ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Mais le plan 439 est en marche. Le plan censé ressusciter Astra et détruire ses ennemis.

De l’autre côté, les vainqueurs insouciants d’une guerre injuste et sans pitié. Ils ont volé la vie de milliers d’enfants. En les adoptant, ils s’apprêtent à les laisser entrer dans leur intimité, sans se douter qu’ils signent probablement leur arrêt de mort.  

Nous suivons donc nos protagonistes qui, tant bien que mal, suivent le chemin qui a été tracé pour eux. Ils sont tous intéressants à leur manière. Leurs objectifs diffèrent tout comme leurs personnalités.

Rodolphe, l’héritier d’Astra, est réservé et prudent. Il n’accepte son rôle qu’à contrecœur, sachant le soutien de sa sœur, mais il doute clairement de sa capacité à gouverner. Sybille en revanche est une fonceuse. Elle sait haranguer les foules et se faire apprécier de ses concitoyens astrayens. Cet ersatz de famille royale subit le poids de plusieurs secrets, celui du plan bien sûr, et d’autres plus personnels qui menacent chaque seconde de les faire tuer. Leur petite cousine Cyndie est une petite fille fragile, complètement traumatisée par la guerre. Sa relation avec sa famille d’adoption n’en sera que plus tumultueuse. Dans l’autre camp Aileen d’Erica ne se doute de rien. Plongée dans ses propres intrigues familiales, elle s’évertue à mener à bien la politique de son père mais son propre sens moral commence à la torturer.

Je vous avais prévenus, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Mettons les personnages de côté un instant pour parler un peu du paratexte. Quand je dis paratexte, je veux parler des nombreux extraits d’œuvres historiques et politiques totalement fictives qui nous décrivent l’histoire de cette guerre infâme. C’est un détail qui prouvent l’investissement de l’autrice dans son univers, et qui nous maintien ancré dans l’histoire en nous dévoilant des détails du passé, allant d’informations purement stratégiques aux potins royaux des  précédents souverains. J’ai beaucoup apprécié cette petite touche qui nous révèle peu à peu le pourquoi du comment sans parasiter le récit.

En tout cas, accrochez-vous. Si vous pensez avoir tout compris dès les quatre premiers chapitres, ne posez pas le livre. Je vous assure que vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

En bref ?

C’est un véritable récit initiatique multiple. Chaque personnage a son propre but, ses propres angoisses et ses propres démons. Le récit ne nous laisse jamais en plan, car tous les chapitres ont leur lot d’émotions et de rebondissements. Rien n’est évident, mais tout coule de source. Comment le dire autrement : je me suis ré-ga-lée.

Du coup, je le lis?

Bien évidemment ! Même si vous n’êtes pas un grand fan de science-fiction, ce récit est une véritable pépite. Il vous embarque et questionne votre sens de la justice.  Il se lit rapidement (car il est quasiment impossible de le poser) et vous vous jetterez sur le deuxième tome aussitôt celui-ci terminé. D’ailleurs, je vous laisse, il m’attend…

Un dernier conseil ?

Faîtes toujours ce qui vous semble juste, à condition de ne pas sacrifier la liberté d’un autre. Et si l’occasion se présente, posez-vous la question, le prix la vengeance vaut-il celui de votre liberté ?