Auteur : Isabelle Monnin

Musique : Alex Beaupain

« Autour de la table s’assoient les années; sur leurs genoux, bien droit se tiennent les souvenirs. »

Aujourd’hui je vous propose de rêver avec moi. Je sais que depuis le début, mes lectures n’ont rien à voir les unes avec les autres mais j’ai envie de vous dire, logique, je suis Méli-Mélo, et comme tout bon chat je suis fidèle mais j’aime découvrir d’autres horizons et m’éloigner des sentiers battus.

Je devais normalement faire un article sur un autre livre, mais celui-ci me tenait à cœur. J’ai découvert ce roman à sa sortie et j’avais eu un véritable coup de cœur. Il m’a bouleversée et a bousculé les codes. Mais tout d’abord un petit mot sur l’auteur et sur le principe original de son œuvre:

Isabelle Monnin est une journaliste et romancière française.

Grand reporter au « Nouvel Observateur » de 1996 à 2014, elle s’éloigne ensuite du journalisme pour se consacrer à l’écriture de romans et devient éditrice chez Jean-Claude Lattès.

Son concept m’a subjugué : deux livres en un, deux histoires que tout opposent et qui malgré tout se rapprochent. La première partie du roman qui est purement fictive et la deuxième partie qui est une enquête de faits réels.

Bon, je sais que j’ai titillé votre curiosité avec ce dernier paragraphe alors je vous en dis plus sur l’histoire.

L’auteur Isabelle Monnin a acheté sur internet un lot contenant 250 photos de parfaits inconnus. Quand elle les a reçues, il n’y avait aucune indication sur le lieu, les personnes sur les photos, ni de noms de famille. Très curieuse, au vu de tous ces moments de vies figés, de ces portraits, elle s’est mise à inventer leurs vies. La première partie du roman est donc une fiction, ou Isabelle fait la biographie de chaque personnes sur les photos : la grand-mère, la mère, la petite-fille, puis les hommes. Elles leurs donnent des prénoms et dépeint une vie fictive basée uniquement sur le ressenti des images.

Après quelques temps, ces visages l’ont obsédée, l’auteure s’est lancée un pari complètement fou : retrouver cette famille, enquêter et connaître leurs véritables vies. On en vient donc à la deuxième partie de l’ouvrage, une enquête où Isabelle Monnin nous décrit toutes les étapes de son enquête, les déplacements et la rencontre avec ces inconnus. Bon, sans trop vous en dévoiler sur l’histoire, l’auteure a retrouvé le village des photos grâce au clocher qui s’y trouve et à google !!!! C’est un roman qui m’a littéralement bouleversée, car uniquement à partir d’instants de vies intimes, le roman nous livre des émotions extrêmement fortes. On se rend compte que la fiction et la réalité s’entrecroisent. On vit au rythme de l’enquête, on a envie de les connaitre, de leur poser les questions.

A la fin du livre, je n’avais qu’une envie : poser des questions à ma famille par rapport aux photos que j’ai tant regardées plus jeune.

Ce roman m’a touchée, car je suis sensible à l’image, étant moi-même photographe, je suis sensible aux moments éphémères qui perdure au travers de papier figé. L’auteure nous embarque dans sa folle aventure, et partage avec nous ses sentiments, nous avons l’impression d’être à ses côtés, tout est décrit avec justesse, respect et poésie.

Il y a une sensibilité, une recherche pour chacun des mots qu’elle emploi, pour vous dire j’ai pleuré en lisant ce roman, j’ai pleuré quand elle a douté, pleuré quand on apprend la vie de ces gens.

En plus d’être un ouvrage original, un plus s’y ajoute et pas des moindres. Le conjoint de l’auteure, chanteur compositeur et musicien, se voit prendre un rôle dans cette aventure. Au grès des recherches de sa compagne et des témoignages poignant des gens dans l’enveloppe, Alex Beaupain, a retranscrit leur histoire en musique. Nous y retrouvons des chanteurs connus comme Camélia Jordana mais aussi les gens de l’enveloppe qui brisent les chaines de l’anonymat pour conter leurs histoires qui n’est autre que l’histoire de milliers autres famille.

Chaque personne mérite d’être connue, de raconter son histoire, car nous sommes tous le héros de nos vies et même si on ne s’en rend pas compte, notre passage sur terre a un impact autour de nous, auprès de gens que l’on rencontre, que ce soit des rencontres de passages ou des rencontres de personnes qui restent.

Ce qui est drôle avec le choix de ce roman, c’est qu’à ce moment-là, je ne lisais que des Thrillers ou policiers, j’ai été attirée par la couverture (forcément, des photos, mon œil de petit chat aguerri les avait repérées), je me suis laissée prendre au jeu et j’ai lu ce livre. Cela m’a fait rire car je ne m’attendais pas à suivre une enquête, certes pas sanglante et glauque ! Mais une enquête d’un autre genre qui nous tient en haleine.

Je vous conseille vivement de le lire, si vous aimez rêver, imaginer et si vous êtes curieux foncez !

Merci Isabelle Monnin pour cette œuvre si atypique et remplie d’humanité.

Méli-Mélo