Une recette dans un monde magique :

  • Une auteur : Audrey Alwett
  • Une maison d’édition : Gallimard Jeunesse
  • Une sublime couverture en relief
  • De l’aventure
  • Du fantastique
  • De l’humour
  • Un nouveau monde magique
  • Des personnages attachant
  • Des objets magiques
  • Des grimoires

À la fin rajouter des wouuuah des wouuuoooh pour faire cuire dans votre tête

Et ne pas oublier d’avoir un chat pitre pour bien mélanger

Bonne dégustation mes petits chats.

 

Un dressage fantasmagorique :

Ce livre est un réel bonheur pour les yeux. On y voit toutes ces branches qui se développent comme transporter par magie, on y découvre des petits objets et des personnages qui font partie du roman. En voyant se fond noire mais ce vert assez vif, j’imagine quelques choses de sombre autour du méchant, mais un personnage principal coloré et dynamique.

La 4ème de couverture nous dévoile seulement deux personnages, nous savons qu’il y aura un dilemme mais lequel ?

Personnellement ce qui ma convaincu dans ces lignes et cette petite liste «beignet de prédiction, grimoires volants, serpillière enchantée, et pilleur d’âmes… » . J’avoue que l’illustration du dragon m’a aussi énormément convaincu. Cela m’aurait suffit pas besoin de résumé mais ces toujours mieux pour les plus jeunes.

Les participants à la recette :

Cet ouvrage se passe autour d’un jeune garçon du nom de Charly et de sa grand-mère, Dame Mélisse. Cela m’a touché ayant perdu ma grand-mère il n’y a pas si longtemps, je me suis retrouvé dans les premières pages quand on les découvre partageant des moments de pâtisserie. Je me suis revu étant jeune, regardant ma grand-mère faire des crêpes. Bon leurs moment était peut moins conventionnel.

Nous découvrons dans l’entourage de Charly sa mère, elle est un peu dans son monde, ne voit pas toujours ce qui se passe autour d’elle. Sa meilleure amie June, très directe, je la trouve importante dans l’équilibre de notre personnage principal. Ensuite il y a Mandrin son chat. Son comportement envers son maitre est plus celui d’un chien, (je vous laisse découvrir ça). Nous avons Sapotille, une fille de la classe de Charly. Elle va être à la foie, son ennemie, son professeur et son amie. Ensuite Maître Lin, qui est un ami de Dame Mélisse. Il prendra Charly sous son aile. Puis notre méchant Le Cavalier. Illustré sur la couverture, comme un faucheur. Il sera un personnage redoutable avec de grands secrets. Pour finir nous verrons des personnages par ci par la, des commerçants, des membres de la société des magiciers.

La recette :

Ce roman parle de magie, de famille, d’amitié.

La première phrase du chapitre 1 nous emmène tout droit à Aix en Provence. Je vis juste à côté et y est fait deux ans d’étude. Je peux donc parfaitement visualiser les rues dont Audrey Alwett nous décrit les traits. Elle y rajoute de l’imaginaire avec des boutiques « ambulante ». J’ai affectionné, me représenter ces établissement entre des commerces que je connais réellement.

Charly va découvrir le monde qui est le sien et celui de sa famille. Il regorge de créatures et d’objets animé en tout genre. En découvrant la serpillère enchantée du livre. Je me suis demandé qu’elle objet j’animerai chez moi? Sincèrement, je pense toute ma buanderie. Sa voudrait dire plus de ménage et j’aime cette idée.

Dans ces pages la magie prend même part dans la pâtisserie. Je m’imagine pendant les jours de crêpes avec ma grand-mère et mes cousins. Si nos crêpes s’étaient retournés toutes seules dans la poêle. Je pense que j’en aurait moins raté.

Dans cette histoire Charly ne passe pas son temps avec faire de la pâtisserie ou le ménage. Il se donne une mission très importante : aider sa grand-mère. Car Dame Mélisse est dans une situation des plus critique.

Cette aventure pousse Charly a s’instruit pour devenir un magicier. Un mix entre un magicien et un sorcier. Une nouvelle caractéristique unique. Il faut signer ou pour en être un ? Car je suis vraiment fan.

Charly rencontre des amis mais aussi des ennemis. Dans cet univers fascinant, il apprend à faire des incantations, à tailler les buissons. Non je ne suis pas folle, il faut être un bon jardinier pour être un excellent magicier (je vous laisse découvrir pourquoi).

Charly dégote avec l’aide de Sapotille, un grimoire. Un accessoire indispensable à un magicier, il est propre à chaque personne, un vrai aide mémoire. Moi personnellement j’ai juste l’application rappel de mon téléphone, beaucoup moins fun.

Mais tout n’est pas merveilleux malheureusement, tout est contrôlé. Chaque acte magique à un coup. Il faut faire les bons choix ou bon moment, ou alors briser les règles. Pour aider sa grand-mère, Charly finira par accompagner Maître Lin et Sapotille au grand « Sabat » de la capitale magique. La bas il découvrira la vérité et mon dieu je ne m’y attendais tellement pas à cette vérité. C’est un énorme rebondissement, il n’avait rien à voir avec les scenarios que je me suis échafaudée.

Mais cet péripétie ne vient pas finir le livre, il est seulement un pas de plus vers la fin, d’autant plus étonnante.

La dernière miette :

Ce livre se termine sur un personnage secondaire de l’histoire, mais il a un objet important avec lui. Notre personnage commet un « emprunt ». Je me dit que si sa doit finir comme ça ces pour une raison. Laquelle? Aider certains personnages ? Mettre en avant notre petit voleur? Je n’ai pas encore la réponse à ces questions mais j’ai hâte.

Le petit conseil cuisine :

Ce livre est un vrai bijou féérique. Je remercie Audrey Alwett pour son imagination, son travail et son écriture. Ses lignes sont fluides et tellement prenantes. Je ne verrais plus Aix en Provence de la même manière. J’y vais justement aujourd’hui j’aimerai tellement y croisé cette librairie « LE GRIMOIRE QUI MORD », de tout manière, même si elle existait, je ne saurai pas oú la trouver. J’ai toujours sut qu’il faut profiter de chaque instant, essayer de retenir chaque petit détail que l’on vit. Avec cette histoire je vois encore plus l’importance des souvenirs. Car ils sont puissants et magiques.